Le Kabardock

RAUL MIDÓN

SOUL JAZZ – SOUL BLUES / USA

+ 1ère PARTIE : MOUNAWAR

Samedi 3 août
20h

Lieu : Grande Salle
Prévente : 25€
Guichet : 30€

UN CONCERT DU FESTIVAL OPUS POCUS #8
Programme complet sur www.opuspocus.re

2019-1-raulmidon-2

PARTAGER

RAUL MIDÓN

SOUL JAZZ – SOUL BLUES / USA

Seul en scène, Raul Midón fait de sa guitare un orchestre et de sa voix une chorale. Cette voix chaude et élastique, souvent comparée à celles de Stevie Wonder ou Al Jarreau, il l’a d’abord mise au service de stars de la pop latino (Shakira, Jennifer Lopez, Ricky Martin…) avant d’oser une carrière solo qui lui a permis de donner libre cours à ses talents. Car Raul Midón est aussi un guitariste hors pair, au style percussif, jazz et flamenco, adepte du fingerpicking qu’il pratique avec une aisance déconcertante. Aveugle de naissance, fils d’une américaine et d’un danseur de flamenco argentin, il brasse de nombreuses influences, soul, jazz et folk, mais sa musique a presque toujours un groove particulier qui rappelle ses racines latines. Un artiste libre, au-delà des catégories et des styles, qui a collaboré avec des musiciens venus d’horizons très divers, de Herbie Hancock à Stevie Wonder, de Snoop Dogg à Bill Withers. Raul Midón n’est sûrement pas le plus connu des chanteurs ou guitaristes mais il a le respect des plus grands musiciens. Et ça vaut toutes les cartes de visite.

Raul Midón : voix, guitare, percussions

mounawar

PARTAGER

1ère partie : MOUNAWAR

SOUL – FOLK – M’GODRO

Autre solo, d’un autre chanteur guitariste, d’un autre métissage et dans un autre répertoire, avec une même approche libre, généreuse et inventive de la musique. Depuis plus de dix ans qu’il promène ses dread locks sur le caillou, vous avez probablement vu et entendu le chanteur et guitariste venu d’Anjouan, dans l’un des multiples projets où il amène sa voix puissante et sa musique soul, funk, folk, rock et m’godro. Inventif et curieux, il a mis au point une petite merveille de technologie à base de télécommandes de Wii pour piloter lui-même, depuis la scène, les effets de sa voix, de ses voix, le français, le comorien, et celles qu’il invente. Pour Opus Pocus, il se met à nu : “Quand on chante tout seul, on se livre. La voix, c’est le canal de l’âme.” Et la sienne est pleine de surprises.